FANDOM


AntiallergiquesEdit

Médicament Principe
diphenhydramine anti-histaminique H1  (1ere génération)
cétirizine anti-histaminique H1 (2eme génération)
fexofénadine anti-histaminique H1 (2eme génération)

Le principe est d'agir contre l'histamine qui est relâchée par les mastocytes et les basophiles lors des réactions d'hypersensibilité de type I, ou lorsqu'ils sont stimulés par des histamino-libérateurs (morphine, tubocurarine).

Pour ça on va utiliser des Antihistaminiques H1. Les effets du récepteur H1 qu'on cherche à bloquer sont:

  • Vasodilatation
  • Augmentation de la perméabilité capillaire
  • Contraction du muscle lisse intestinal et bronchique
  • Douleur et prurit (stimulation des terminaisons sensorielles)

Les antihistaminiques sont utilisés pour traiter la rhinite allergique et l'urticaire.

De plus,si l'antihistaminique passe la barrière hémato-encéphalique, il aura aussi un effet de sédatif et d'anti-émétique.

Les anti-histaminiques de 1ere génération:

  • sont moins séléctifs du H1 bronchique
  • agissent également sur des récepteurs 5-HT et ACh
  • passent la BHE et induisent une sédation

Les anti-histaminiques de 2eme génération:

  • sont plus séléctifs du H1 bronchique
  • ne passent pas la BHE

AINS et Analgesiques non morphiniquesEdit

Médicament Principe

acide acétylsalicylique

Inhibe COX-1 et COX-2
paracétamol Inhibe COX-1 et COX-2
ibuprofène Inhibe COX-1 et COX-2
indométacine Inhibe COX-1 et COX-2
diclofénac Inhibe COX-1 et COX-2
célécoxib Inhibe COX-2 sélectivement
COX

schéma des COX

Le but est d'inhiber COX-2 (enzyme inductible via cytokines et autres médiateurs de l'inflammation, enzyme d'adaptation exprimée en conditions physiologiques que dans certains organes).

Pour la majorité des AINS, l'inhibition s'étend aussi à COX-1 (constitutive, exprimée dans tous les tissus).

L'inhibition de COX-1 a les effets suivants:

  • Sur la muqueuse digestive: baisse de PGE amenant à une baisse de sécrétions de mucus et bicarbonate (donne des ulcères)
  • Sur les bronches: prépondérance des LT qui induisent un bronchospasme
  • Sur les plaquettes: baisse de TXA induisant un effet anti-aggrégant et une baisse de vasoconstriction


L'inhibition de COX-2 a les effets suivants:

  • Sur l'endothélium: baisse des PGI amenant à un effet pro-aggrégant et à une baisse de la vasodilatation
  • Sur l'inflammation et la douleur: baisse des PGE amenant à un effet analgésique et anti-inflammatoire
  • Sur les reins: baisse des PGI/PGE amenant à une baisse de la natriurèse et de la perfusion rénale


Au final, c'est l'effet de COX-2 sur l'inflammation et la douleur qu'on recherche, c'est pour ça qu'on préfère utiliser des inhibiteurs COX-2 séléctifs. Ils ont la même efficacité, avec les effets de toxicité digestive en moins, et un risque d'événements cardiovasculaire augmenté en plus (à cause du déséquilibre TXA / PGI)

CorticostéroïdesEdit

Médicament Principe
cortisol glucocorticoïde
cortisone glucocorticoïde
prednisone glucocorticoïde
dexaméthasone glucocorticoïde
aldostérone mineralocorticoïde
fludrocortisone mineralocorticoïde
Cortico

tableau corticostéroïdes

Les Corticostéroïdes sont utilisés en pharmacologie pour leurs effets anti-inflammatoire et immunosupresseurs assez larges. On peut les classer en deux groupes:

  • les Glucocorticoïdes (comme le cortisol) agissent sur le métabolisme et l'immunité
  • les Mineralocorticoïdes (comme l'aldosterone) agissent sur la rétention de sel


L'effet immunosupresseur et anti-inflammatoire des glucocorticoïdes est obtenu après leur liaison avec un récepteur intracellulaire qui va migrer dans le noyau et va:

  • se lier sur des gènes pour déclencher des GRE   (inhibe LT et PG)
  • intéragir avec d'autres facteurs de transcriptions (inhibe NFkb et AP-1)
  • produire de la lipocortine, qui inhibe la formation d'acide arachidonique et donc des COX

Ces effets vont contribuer à diminuer le recrutement des leucocytes, induire une lymphopénie et diminuer la production de LT, PG, IL-1, IL-6 et TNF-α.

Pour obtenir les effets anti-inflammatoire et immunosupresseurs, on administre les Corticostéroïdes à dose pharmacologique, c'est-à-dire en quantité plus élevée que la dose substitutive qui correspond à l'équivalent de leur production endogène. Cela a pour conséquence divers effets secondaires si on les prend à dose pharmacologique: 

  • perturbation de l'humeur (euphorie, agitation, manie) et insomnie
  • baisse de la tolérance au glucose, ce qui nécessite un traitement anti-diabétique
  • hypertension (en partie due à un effet mineralocorticoïde)


De plus si on prolonge le traitement (plus de 15j), d'autres effets secondaires peuvent apparaitre:

  • fonte musculaire (catabolisme protéique augmenté), stimulation de la lipolyse, redistribution du tissus adipeux, perte de poids
  • atrophie cutanée, difficulté de la cicatrisation
  • ostéoporose, diminution de la DMO, fractures spontanées (moins de synthèse de matrice osseuse, moins d'absorption intestinale de ca++)
  • tendance aux infections (effet immunosupresseur)
  • ulcères gastriques si pris en simultané avec des AINS
  • effet supressif sur l'axe HHS avec risque d'insuffisance surrénalienne aigue en cas d'arrêt brusque du traitement


De manière générale on va essayer de les administrer à dose la plus petite possible, de préférence le matin pour minimiser l'effet supressif sur la surrénale. On essayera aussi de les donner de la manière la plus locale possible, par exemple:

  • admission par inhalation pour l'asthme
  • admission par infiltration pour la rhumatologie

AntibiotiquesEdit

Les antibiotiques ont diverses possiblités d'action pour lutter contre les bactéries. On peut donc les classer en plusieurs catégories:


Les bactéries vont développer des résistances à ces mécanismes grâce aux mécanismes de mutations ou d'incorporation d'ADN (par les plasmides par exemple). Elles peuvent:

  • Produire des enzymes inactivant l'antibiotique
  • Modifier la cible sur laquelle l'antibiotique veut agir (baisse d'affinité par exemple)
  • Contourner l'effet de l'antibiotique par des voies parralèles ou par surproduction de ce que l'antibiotique est censer inhiber


Ces mécanismes expliquent qu'on doive souvent associer différents antibiotiques pour lutter contre certaines infections (comme la tuberculose ou la lèpre...)


Inhibiteurs de la synthèse de la paroiEdit

Médicament Principe
benzylpénicilline pénicilline
ampicilline pénicilline
amoxicilline pénicilline
flucoxacilline pénicilline
méthicilline pénicilline

pipéracilline/tazobactam

pénicilline
céfuroxime céphalosporine
ceftriaxone céphalosporine
céfépime céphalosporine
imipénème carbapénème
vancomycine autre
Tableau penicillines céphalosporines1

tableau penicillines, céphalosporines

Le point commun de tous ces antibiotiques est qu'ils agissent en inhibant la synthèse de la paroi bactérienne. La grande majorité sont des bêta-lactamines. On peut les classer ainsi:
  • les pénicillines (...-cilline), sont des bêta-lactamines
  • les céphalosporines (cef-...), sont des bêta-lactamines
  • les autres bêta-lactamines, comme les carbapénèmes (imipénème à connaitre seulement)
  • les glycopeptides (vancomycine à connaitre) ne sont pas des bêta-lactamines


Les pénicillines ont une structure bêta-lactamine, qui ressemble à une structure des peptdidoglycans, principaux composants de la paroi bactérienne. Les peptidoglycans sont normalement assemblés entre eux à l'extérieur de la membrane cellulaire par des transpeptidases (ou PLP ). Les pénicillines vont donc aller se lier au PLP et empêcher l'assemblage des peptidoglycans et donc de la paroi bactérienne.

Pour lutter contre les pénicillines, les bactéries ont développé des bêta-lactaminases, enzymes clivant le cycle bêta-lactame des pénicillines. En contrepartie on peut inhiber certaines bêta-lactaminases en donnant de l'acide clavulanique en association avec la pénicilline.

Les bactéries sont aussi capable de résister aux pénicillines via des PLP modifiées, possédant une affinité plus faible pour les pénicillines (exemple: MRSA, streptocoque)

Les céphalosporines possèdent aussi une structure bêta-lactamine, mais elles résistent mieux aux bêta-lactaminases que les pénicillines.

Les carbapénèmes possèdent aussi une structure bêta-lactamine, avec une action à large spectre.

Les glycopeptides agissent de la même manière que les bêta-lactamine mais n'en sont pas.


Inhibiteurs de la synthèse des protéinesEdit

Médicament Classe
azithromycine Macrolides
clarithromycine Macrolides
clindamycine Lincosamides
gentamycine Aminosides
doxycycline Tétracyclines
Prot
Les inhibiteurs de la synthèse des protéines agissent sur les ribosomes des bactéries. En effet les ribosomes bactériens (50S et 30S) sont différents des ribosomes de nos cellules (40S et 60S).

Les Macrolides et les Lincosamides vont inhibier la sous-unité 50S du ribosome.

Les Aminosides et les Tétracyclines vont inhiber la sous-unité 30S du ribosome.


Inhibiteurs de la synthèse d'acides nucléiquesEdit

Médicament Classe
ciprofloxacine Quinolones
lévofloxacine Quinolones
co-trimoxazole (suflaméthoxazole + triméthoprime) Sulfamides et triméthoprime
rifampicine autre
Acidesnucl

tableau acides nucléiques

Il existe deux classes d'inhibiteur de synthèse d'ADN et d'ARN:

Les Quinolones sont des inhibiteurs de la gyrase de l'ADN, enzyme responsable de démêler les surenroulements de l'ADN

Les Sulfamides et thriméthoprime agissent sur la chaîne de réaction menant à la synthèse de l'acide folique, un composant essentiel pour la synthèse des acides nucléiques que certaines bactéries doivent synthétiser elles mêmes (tandis que nos cellules le puisent dans l'environnement).

Quant à la rifampicine, elle fait aussi partie de la classe des Anti-tuberculeux et agit selon un principe de bloquage de l'ARN-polymérase.

Autres antibiotiquesEdit

Médicament Principe
rifampicine Antituberculeux
isoniazide Antituberculeux
éthambutol Antituberculeux
pyrazinamide Antituberculeux
métronidazole Nitroimidazole
Capture d’écran 2014-04-10 à 16.00.02

autres

Les autres antibiotiques peuvent se regrouper en deux classes:
  • Les Anti-tuberculeux agissent en particulier sur la bactérie M.tuberculosis par divers moyens (bloquage de synthèse d'acides nucléiques, d'acide mycolique ou d'autres constituants de la bactérie).
  • Les Nitroimidazoles (seulement métronidazole à connaitre) agissent sur les bactéries anaérobies. Ils possèdent aussi un effet anti-parasitaire.

AntimycotiquesEdit

médicament mécanismes effets indésirables

clotrimazole

fluconazole

vériconazole

  • inhibent la synthèse de l'ergosterol, composant de la membrane fongique
  • on les utilise pour le traitement de mycoses systémiques
  • nausées, vomissements
  • altération des tests hépatiques
  • inhibiteurs enzymatiques
amphotérécine B
  • se lie à l'ergosterol, forme un pore (par aggrégation).
  • on l'utilse pour le traitement des mycoses systémiques
  • vomissements, fièvre, troubles cardiaques, etc. (lors de l'administration)
  • néphrotoxicité dose-dépendante
caspofugine
  • inhibe la synthèse du glucan, constituant de la paroi fongique
  • on l'utilise pour le traitement des infections systémiques graves

AntivirauxEdit

Influenza

médicament mécansime efets indésirables
amantatide
  • bloque le canal M2
  • inhibe la réplication à un stade précoce
  • active uniquement contre influenza A
  • efficace pour la prophylaxie
  • Résistances
  • troubles digestifs
  • troubles SNC (insomines)
  • anti-pariknsonien

oseltamivir (Tamiflu)

zanamivir

  • inhibe la Neuraminidase
  • inhibe la réplication de influenza A et B
  • diminue de 1,1.5 jours la durée des symptomes
  • efficace pour la prophylaxie
  • peu d'effets indésirables, moins de résistances

Infections herpetiques

médicament mécanisme effets indésirables

aciclovir (Zovirax)

  • analogue de la Guanosine activé par une thymidine-kinase virale
  • peu d'effets indésirables

Hépatite

médicament mécanisme effets indésirables
ribavirine (Copegus)
  • analogue des nucléosides
  • utilisé pour HCV, en associationa avec INF
  • utilisé pour RSV chez les enfants
  • anémies


CMV

médicament mécanisme effets indésirables
ganciclovir (Cymevene)
  • analogue de la Guanosine
  • utilisé comme prévention des infections à CMV
  • neutropénie
  • thrombopénie


HIV

médicament mécanisme effets indésirables
zidovudine (Retrovir)
  • analogue des nucléosides
  • inhibe la RT
  • empêche l'élongation
  • résistances (mutations)
  • anémie
  • neutropénie
  • leucopénie
  • lipodystrophie (long terme)
efavirenz
  • inhibe la RT
  • non-nucléosidique
indinavir (Crixivan)
  • inhibiteur des protéases
  • bloque la maturation virale à un stade plus tardif
  • utilisé en association avec les anti-RT
  • métabolisme acceleré par les inducteurs (rifampicine)
  • lipodystrophie
enfivirtide (Fuzeon) (T20)
  • inhibe la fusion de l'enveloppe virale à la membrane

AntimalariquesEdit

Médicament Mécanisme Cinétique Effets indésirables

chloroquine (Nivaquine)

méfloquine

  • schizonticide: détruit les formes intra-érytrocytaires par accumulation dans les vacuoles digestives du parasites, ou elle empêche la détoxification de l'hème
  • traitement des souches non-résistantes
  • très grand VD
  • inactivation hépatique
  • longue demi-vie
  • dépots cornéens (lésions rétinienes) à haute dose
quinine
  • traitement d'urgence des formes graves
  • nausées
  • bourdonnements
  • arythmies
  • effet curarisant
atovaquone + proguanil
  • inhibiteur des fonctions mitochrondirales + inhibiteur de la DHFR
  • traitement du paludisme multirésistant
artéméther
  • tiré d'une plante (médecine chinoise)
  • diminution rapide de la parasitémie
  • traitement du paludisme multirésistant
courte durée d'action (donc souvent associé à la luméfantrine qui est similaire à la méfloquine --> longue demi-vie)

AntiparasitairesEdit

Médicament Mecanisme Cinétique
métronidazole (Flagyl)
  • forme des composés toxiques pour la cellule
  • indiqué dans l'ambiase, la giardiase et la trichomonase
  • administraiton orale
  • se distribue dans tous les tissus
mébendazole (Vermox)
  • inhibition de la tubuline (micro-tubules)
  • indiqué contre les nématodes intestinaux
  • très peu absorbé
praziquantel
  • interfère avec l'homéostasie calcique
  • paralyse le parasite
  • indéqué contre les trématodes et cestodes
  • bien absorbé
ivermectine
  • active des canaux Cl-
  • provoque une paralysie
  • efficace en dose unique contre la gale

Cytostatiques et anticancéreuxEdit

Médicament Pincipe
cyclophosphamide Cytostatique Alkylant
méthotrexate Cytostatique Antifolique
azathioprine Agent antiprolifératif/antimétabolite
imatinib Inhibiteur de Récepteurs Tyrosine Kinase

Les cytostatiques peuvent avoir un effet indépendant des phases du cycle (comme les Alkylants), ou un effet phase-spécifique (comme les Antifoliques). Leur toxicité est due à la non-specificité de leurs effets:

  • atteinte de la moelle (leucopénie, anémie, etc.)
  • lymphocytes (immunosupression)
  • muqeuse du tractus digestif
  • cellules tubulaires rénales
  • follicules pileux (alopécie)
  • myocarde (arythmies, insuffisances)
  • gonades
  • etc.

Des nausées et vomissements sont fréquents, du à la stimulation de l'area postrema. (on peut le traiter avec des anti-5-HT3, comme ondansétron et métoclopramide)

Il existe des résistances aux cytostatiques, comme par exemple:

  • reflux par une glycoprotéine P (peut être bloqué par vérapamil ou quinidine)
  • modifications qualitative ou quantitative de la topoisomérase II

ImmunopharmacologieEdit

Médicament Classe
ciclosporine Inhibiteur de la calcineurine
sirolimus Agent antiprolifératif/antimétabolite
mycophénolate mofétil Agent antiprolifératif/antimétabolite

glucocorticoïdes:

Corticostéroïdes
étanercept Recepteur soluble anti-TNFα
infliximab Anticorps anti TNFα
rituximab Anticorps anti-CD20 (cellules B)
belimumab Anticorps anti BAFF
interféron α Cytokine
interféron β Cytokine

Les inhibiteurs de la calcineurine se lient à l'immunophiline pour inhiber la calcineurine, une protéine phosphatase indispensable à l'activation des lymphocytes T.

Les agents antiprolifératifs/antimétabolites empêchent l'activation des lymphocytes T, ou B, en inhibant des voies métaboliques.

Les Glucocorticoïdes se lient à des Glucocorticoïd Reponse Elements (GRE), et recrutent des co-activateurs ou des co-répresseurs, activant ou inhibant un gène. Il inhibe par exemple NFkB ou AP-1, facteurs de transcriptions impliqués dans de nombreux processus inflammatoires. En pratique, ils:

  • inhibe le recrutement des lymphocytes vers le site d'inflammation
  • induisent une lymphopénie à forte dose
  • inhibent la production d'IL-1, IL-6, TNF-α
  • inhibent la production de prostaglandines et leucotriènes

Les Anticorps et Recepteurs solubles vont empêcher l'action des cytokines comme le TNF-α, ou le BAFF

Les Cytokines ont divers effets utiles.Edit